Quelle reprise sur le marché de l’emploi IT ?

Une chose est sûre : personne n’échappe à la crise due à la pandémie de coronavirus, pas même les secteurs de l’informatique et du numérique réputés en bonne santé. Ce sont notamment les activités de conseil qui en pâtissent le plus, avec comme malheureuse conséquence des insolvabilités côté fournisseur comme client. Quelle reprise sur le marché de l’emploi en ces temps de crise mondiale ? 

Propositions de Syntec Numérique et Tech in France : une reprise sous trois mois ? 

  • Aucun secteur n’y aura échappé, même pas l’informatique et le numérique pourtant plutôt bien préservés en ces temps de crise. 
  • Pourtant, les acteurs de la filière tâchent de rester optimistes : ils espèrent une reprise de l’activité sous trois mois. 
  • Syntec Numérique et le syndicat professionnel Tech in France remettait déjà au gouvernement en mai 2020 75 propositions communes pour accompagner leurs travaux sur le plan de relance de l’économie d’ici trois mois. 
  • Les recommandations sont de plusieurs natures. Financière, d’abord, pour soutenir le financement et la trésorerie des entreprises numériques et utiliser la commande publique pour relancer l’économie numérique. De nature fiscale, ensuite, pour soutenir les entreprises innovantes et favoriser le développement international de l’écosystème numérique. Et de nature sociale, enfin, pour accompagner le coût social de la crise et encourager la formation dans les entreprises numériques.
  • Parmi les autres recommandations présentées : celles visant à accélérer la transformation numérique qui soutiendra la reprise économique. 
  • L’objectif : accélérer la transformation numérique pour soutenir la reprise économique, en réinventant les pratiques professionnelles grâce au numérique. 
  • A la clé, il s’agira de favoriser les nouvelles modalités de travail dans toute l’économie, d’accompagner le développement du travail indépendant, mais aussi de soutenir les nouveaux usages professionnels.
  • Par ailleurs, les deux organisations estiment que le numérique représente un atout indispensable pour la reprise économique : elles appellent à accélérer la transformation des services de l’Etat et des collectivités, à favoriser la transition numérique des PME, à renforcer la cybersécurité des entreprises, ou encore à accélérer l’innovation en nouvelles technologies et la transformation digitale des entreprises, tout en soutenant la formation massive de toutes et tous au numérique. 
  • Enfin, le secteur numérique a pour elles la responsabilité et l’engagement de faire converger les transitions numériques et écologiques, de favoriser les démarches éthiques et l’inclusion, d’accélérer la transformation numérique de la santé en France après la crise Covid-19.
  • Godefroy de Bentzmann, président de Syntec Numérique le souligne : « Le numérique a prouvé qu’il assurait un service essentiel en permettant à notre société d’être résiliente. Et pourtant, nos entreprises ont été durement frappées par cette crise, comme tous les secteurs. Un seul enseignement alors : nous devons accélérer encore la transformation numérique de l’économie ! Nous devons accompagner les entreprises, les collectivités, les industries, comme les professionnels de santé ou de l’éducation, et bien sûr les individus qui s’engagent dans cette démarche, parce que le monde d’après sera encore plus numérique. Nous comptons sur le Gouvernement pour faire du numérique le cœur du plan de relance à venir. »
  • Pierre-Marie Lehucher, président de TECH IN France ajoute pour sa part : « La crise sanitaire a montré que notre économie et nos entreprises étaient moins résilientes et moins flexibles que celles d’autres nations qui s’appuient sur une digitalisation plus avancée. La fracture numérique a aussi révélé ses effets délétères sur notre capacité à maintenir le lien social et éducatif en temps de crise sanitaire, notamment avec les plus fragiles. Le numérique doit absolument être au centre du plan de relance qui sera donc guidé par des investissements publics susceptibles de nous faire changer d’échelle en matière de transformation numérique. »

Oui mais alors, comment rebondir sur le marché de l’emploi informatique et dans le “monde d’après” ? 

  • Avant la crise, le marché de l’emploi informatique se portait comme un charme et comptait parmi les secteurs les plus porteurs : selon une étude de l’Apec auprès de 1000 entreprise en juin 2019, la fonction informatique avait ainsi prévu d’embaucher près de 67 000 cadres en 2020. 
  • Le secteur était tout particulièrement dynamique dans les régions suivantes : région parisienne, Rhône-Alpes, Bordeaux, Marseille et Aix-en-Provence. Et ce qu’il s’agisse de grands groupes, d’entreprises individuelles, de start-ups, d’ESN, de banques ou encore d’administrations. 
  • Les spécialisations les plus recherchées pour mener à bien les projets et maintenir la croissance économique des entreprises : Big Data, architecture logicielle, maintenance des infrastructures, gestion des systèmes d’administration ou encore intelligence artificielle. Et comme profils : développeurs web, data scientists, architectes informatiques, métiers de la sécurité informatique et des systèmes et réseaux. 
  • La tension que connaissait le marché ces dernières années se renforce cependant avec la crise. Si les entreprises cherchent toujours à recruter des talents, la pénurie de profils spécialisés complexifie grandement le processus de recrutement. 
  • C’est une aubaine pour les candidats spécialisés, qui voient les salaires s’envoler et les possibilités se multiplier, tant en nombre de postes, que de télé-travail, de choix de statut freelance, de technologies que de projets. 
  • Ce sont les recruteurs qui, dans ce contexte, doivent s’adapter. 
  • Mais à l’inverse, une baisse de la demande est à constater pour les profils moins spécialisés, avec une chute de la demande de 50 à 70 %, et des rallongements des délais de paiement néfastes aux plus petites structures. 
  • Le Baromètre Covid-19 du secteur numérique révèle ainsi que 74,1 % des dirigeants craignent une baisse de 22,9% de leur chiffre d’affaires prévisionnel au deuxième trimestre 2020.
  • Pourtant, avec l’arrêt presque total de l’activité économique pendant le confinement et ses conséquences persistantes, on constate un boom de l’activité numérique dans quasi l’ensemble des secteurs. 
  • Finalement, les recrutements repartent donc de plus belle autour des meilleures compétences dans ces domaines, dans un contexte où l’utilisation de l’informatique, d’internet et du télétravail est toujours plus massive. 

Chef de Projet Technique, Développeur PHP Fullstack, AMOA… Plus de 2 400 offres IT à pourvoir, à vos CV, candidatez !

Experts de l’informatique, vous êtes plus que jamais convoités ! Rendez-vous sur Carriere-info pour trouver votre prochain job dans le domaine de l’informatique !

Proudly powered by WordPress   Premium Style Theme by www.gopiplus.com