Opérations de sécurité : un enjeu prioritaire face aux menaces ciblant les entreprises

La sécurité n’est plus prise à la légère par les entreprises, qui ont compris le danger impliqué par la croissance des menaces qui les ciblent. Les opérations de sécurité deviennent un enjeu prioritaire : leur automatisation devient incontournable pour renforcer la capacité à faire face des organisations. 

Des menaces cyber toujours sophistiquées

Baisse de productivité, atteinte à la réputation, amendes conséquentes : l’impact d’une attaque peut être dramatique pour une entreprise. D’autant que les cybercriminels sont toujours plus efficaces et professionnels : ils savent presque tout de l’entreprise avant de passer à l’acte et sont capables de construire des attaques sophistiquées, moins massives et plus ciblées. 

Dans le top 5 de leurs fraudes préférées : la fraude au faux fournisseur, les usurpations d’identité (banques, avocats, CAC…), la fraude au faux président, l’intrusion dans les SI et la fraude au faux client. 

Pour mieux comprendre le rapport des entreprises à la sécurité, Euler Hermes et le Réseau des Directeurs Financiers et de Contrôle de Gestion (DFCG) ont ainsi interrogé en 2019 plus de 3000 entreprises implantées en France sur leur exposition et leur ressenti, ainsi que les mesures de prévention utilisées face aux risques de fraude et de cybercriminalité. Les résultats sont éloquents. 

  • Une entreprise sur quatre a subi au moins une fraude avérée en 2018, et une entreprise sur cinq plus de dix tentatives de fraude, quand sept entreprises sur dix ont été victimes d’au moins une tentative de fraude. 
  • 20 % des entreprises ont subi un préjudice supérieur à 50 K€, et 13 % ont subi un préjudice supérieur à 100 K€. 
  • Huit entreprises sur dix craignaient une accentuation du risque de fraude et de cybercriminalité pour l’an dernier. 
  • Pourtant, six entreprises sur dix n’ont pas alloué de budget spécifique pour lutter contre la fraude et la menace cyber, et plus de deux entreprises sur trois ne sont pas assurées contre le risque de fraude.  

Si les entreprises investissent, c’est généralement pour les dispositifs suivants : audit de sécurité des SI, audit pour renforcer les procédures de contrôle interne ou encore sensibilisation et formations de la direction financière. 

Certes, il est primordial de former les utilisateurs à des réactions ou initiatives humaines personnelles, ainsi que d’assurer les procédures de contrôle interne, mais les dispositifs techniques sont également indispensables pour faire face à la sophistication des menaces .

Retrouvez toutes les offres d’emploi dans le secteur de la sécurité ici .

L’indispensable automatisation des opérations de sécurité

Les équipes de sécurité ne peuvent plus uniquement compter sur la sécurisation des infrastructures : elles doivent pouvoir compter sur l’automatisation des opérations de sécurité pour renforcer leur capacité à faire face à la complexité et à gérer des opérations à grande échelle. 

L’idée : permettre aux chargés de la sécurité de rassembler leurs opérations au sein d’un ensemble spécifique de workflows et de processus automatisés, aptes à créer une véritable culture de la collaboration entre les différents départements et acteurs de l’entreprise. 

Pour y parvenir, il est bien sûr nécessaire de mettre en place un langage universel programmable, accessible à tous et facile à partager entre professionnels de la sécurité aux spécialisations différentes. Et ce de manière à la fois impartiale et modulaire, pour pouvoir s’adapter aux différentes solutions composant l’infrastructure de sécurité de l’entreprise. 

A la clé, les bénéfices de l’adoption d’un modèle automatisé de sécurité sont nombreux. 

  • Un accès simplifié aux systèmes et aux applications. 
  • La communication par le biais de workflows automatisés contenant les instructions pour la réalisation d’une tâche donnée. 
  • La mise en place de workflows structurés dédiés à la conduite des opérations de sécurité pouvant être intégrées aux plateformes et aux applications en place. 
  • Une meilleure intégration des équipes, des fonctions, des processus et des applications. 
  • Un esprit d’ouverture et de collaboration favorisé. 
  • Une meilleure visibilité pour les responsables de la sécurité sur l’ensemble de leur fonction. 

L’automatisation vient ainsi renforcer l’approche humaine pour se coordonner et résoudre des problèmes en évitant les erreurs, opérer plus rapidement les séries d’actions et contrer les actions plus efficacement. 

Sur le sujet, consultez également notre article “RGPD : zoom sur le métier de délégué à la protection des données”. 

Rendez-vous sur Carrière Info pour trouver votre prochain job dans le secteur de l’informatique !

Proudly powered by WordPress   Premium Style Theme by www.gopiplus.com