Offre d’emploi sans salaire : comment bien y répondre ?

Négocier son salaire

La plupart des recruteurs ne font pas directement mention du salaire dans leurs offres d’emploi. Pourtant, les entreprises gagneraient beaucoup à être plus transparentes avec leurs candidats. Si le salaire est loin d’être le seul critère à prendre en compte dans une recherche d’emploi, il fait tout de même partie des critères qui peuvent vous convaincre de postuler (ou pas). Comment réagir face à une offre d’emploi sans salaire et y répondre ? À quel moment du recrutement et de quelle manière faut-il évoquer le salaire ? Découvrez à travers cet article quelques conseils pour postuler sans perdre son temps et aborder la question de la rémunération au bon moment.

Le salaire est-il (vraiment) un sujet tabou pour les entreprises ?

Face aux nombreuses offres d’emploi diffusées chaque jour, les candidats ne prennent plus de gants pour écarter d’entrée de jeu celles qui n’affichent pas une fourchette de salaire. En effet, les informations de recrutement relatives à la rémunération et autres avantages (épargne salariale, participation et intéressement, treizième mois, tickets restaurant, mutuelle, chèques vacances, etc.) sont des facteurs clés de différenciation dans une offre d’emploi et lors d’un recrutement.

D’après une enquête réalisée par le cabinet Walters People, 96 % des candidats souhaitent obtenir davantage d’informations sur le salaire dans l’offre d’emploi. Pourtant, seulement 36 % des entreprises l’indiquent systématiquement dans leurs annonces. Un choix que la plupart des recruteurs expliquent par un souci de confidentialité, la volonté de ne pas dévoiler la politique salariale de l’entreprise ou une stratégie de recrutement pour se laisser une marge de négociation en fonction de l’expérience et du profil du candidat. Sans compter que les entreprises n’ont aucune l’obligation, d’un point de vue légal, d’indiquer le salaire dans leurs offres d’emploi.

Offre d’emploi sans salaire : pourquoi est-ce problématique ?

Vous parcourez une offre d’emploi et arrivez à la case « rémunération » ? Vous êtes généralement confronté à deux options : soit la mention explicite « non communiqué », soit à une formule convenue du type « à définir selon profil et/ou expérience », « à négocier » ou encore « rémunération attractive ». Mais vous décidez malgré tout de répondre à l’offre d’emploi, de passer pléthore d’entretiens et d’avancer à l’aveugle pour finalement vous rendre compte que l’entreprise n’est pas alignée avec le marché et/ou vos prétentions salariales. En tant que candidat, il y a vraiment de quoi se sentir agacé et dérouté.

Aujourd’hui encore, trop peu d’entreprises osent la transparence salariale dans leurs processus de recrutement. Ce manque de transparence est devenu problématique, car il génère une grande perte de temps pour les candidats qui répondent parfois à des offres qui ne sont pas toujours en phase avec leurs attentes.

Est-il possible de se faire une petite idée du salaire avant de postuler ?

Il existe tout de même quelques moyens d’estimer le niveau de salaire selon le type de poste ciblé. Si l’offre d’emploi est muette, essayez de lire à travers les lignes pour y dénicher quelques indices. Ces derniers pourraient bien vous mettre sur la bonne voie et vous faire gagner du temps. Quel est le type de profil recherché ? Quelles sont l’expérience et les compétences requises pour ce poste ? Les attentes de l’entreprise sont-elles clairement énoncées ? S’agit-il d’une petite structure ou d’une grande organisation ? Par exemple, il est évident qu’un profil junior ne bénéficiera pas du même niveau de salaire qu’un profil plus expérimenté. Pour vous faire une idée plus précise du salaire moyen pratiqué sur un poste donné, vous pouvez vous référer aux grilles de salaires. Des plateformes telles que Carriere-info, Glassdoor peuvent également vous fournir de précieuses informations sur les niveaux de salaires pratiqués dans certaines entreprises.

Comment préparer cette question avant un entretien de recrutement ?

Vous avez répondu à une offre d’emploi sans salaire et votre profil a retenu l’attention d’un recruteur ? Bonne nouvelle : vous êtes en position de force pour avancer dans le recrutement. Souvent appréhendée par les candidats, la question des prétentions salariales n’est pas toujours évidente à aborder en entretien de recrutement. Pour certains, ce passage incontournable se présente naturellement lors des différentes étapes de recrutement ; pour d’autres, il est perçu comme une question piège.

Voici quelques conseils pour vous aider à préparer votre argumentaire et savoir quelle attitude adopter durant l’entretien de recrutement :

  • Connaissez votre propre valeur et mettez en avant vos points forts, mais restez objectif par rapport au marché actuel ;
  • Soyez précis et étayez vos propos avec des éléments factuels ;
  • N’annoncez pas de chiffre précis, indiquez plutôt une petite fourchette de salaire ;
  • Si vous êtes interrogé sur vos prétentions salariales, annoncez-les directement, puis gardez un ton positif et posez une question ouverte pour favoriser le dialogue : « qu’en dites-vous ? » ou bien « mes prétentions vous semblent-elles en adéquation avec le budget que vous envisagez pour ce poste ? » ;
  • Anticipez les éventuelles questions et objections de votre interlocuteur ;
  • Si toutefois la question du salaire n’a pas été évoquée à l’initiative du recruteur, prenez votre courage à deux mains pour l’aborder en fin d’entretien.

Comme vous l’aurez compris, plus les informations sont complètes et détaillées dans une offre d’emploi, mieux les candidats pourront se positionner et cibler leurs candidatures. Ne pas annoncer de salaire, pour un recruteur, c’est prendre le risque de passer à côté d’un bon profil et/ou décrédibiliser sa marque employeur. De son côté, le candidat risque de perdre son temps, d’être frustré et de rester sur sa fin si l’offre ne répond pas complètement à ses attentes sur tous les points. Les entreprises ont donc fortement à gagner à se montrer plus transparentes avec les candidats, et ce dès le début du recrutement.

Alors, autant jouer franc jeu et poser cartes sur table dès les premiers échanges. Et surtout, n’oubliez pas : quand c’est flou, c’est (peut-être) qu’il y a un loup !

Proudly powered by WordPress   Premium Style Theme by www.gopiplus.com