Comment recevoir les feedbacks négatifs de son manager ?

Les entretiens de fin d’année approchent à grands pas, et c’est un moment que vous redoutez. En effet, votre cœur commence à battre plus rapidement, vous vous posez énormément de questions et lorsque vous arrivez dans le bureau de votre supérieur, vous n’êtes absolument pas serein. Même si l’entretien commence par une série de compliments, vous restez sur la défensive et lorsque la première critique arrive, vous avez l’impression d’être mis KO. Cependant, sachez qu’il existe différentes façons d’affronter cette épreuve et qu’il s’agit avant toute d’une question de mental.

Pourquoi les critiques au travail sont-elles si douloureuses ?

Lorsque l’on parle de critique, cela vous renvoie à un sentiment désagréable sur le fait d’être analysé et noté. Vous avez l’impression d’être un élève devant son maître, une situation particulièrement infantilisante et inconfortable. Lorsque vous recevez cette critique dans la sphère professionnelle, vous ressentez une pression particulière et la peur d’être éjecté de votre poste. Cependant, les critiques ne sont pas uniquement constituées d’éléments négatifs, car elles sont essentielles.

Lorsque votre supérieur vous fait un reproche, c’est dans une idée d’évolution et de construction pour votre bien et celui de l’entreprise. Alors plutôt que de vous braquer, il est nécessaire de réagir de la bonne façon en suivant nos conseils.

Dans un premier temps, essayez de faire le point

Avant de commencer votre entretien annuel avec votre manager, essayez de vous préparer mentalement à diverses critiques. Il s’agit simplement d’évaluer votre niveau de confiance actuelle afin de mieux recevoir d’éventuelles critiques. Si votre niveau est bas, vous allez ressentir la critique comme une agression. Si au contraire vous êtes en pleine confiance, ces critiques seront alors perçues comme une façon de mieux vous construire. En réalisant une autoévaluation, vous allez être capable de mettre de la distance lorsque les critiques émanent de votre supérieur.

Réconfortez-vous la veille de votre entretien

Même si vous êtes préparé mentalement à votre entretien, vous ne pouvez pas vous débarrasser d’un claquement de doigts de l’angoisse. De ce fait, il est primordial de vous rassurer en évaluant vos émotions. Êtes-vous anxieux ou plutôt impatient ? En fonction des émotions que vous ressentez, la réponse sera différente. Dans un état d’anxiété, vous appréhendez l’entretien, car vous êtes dans une projection future. Pourtant, l’entretien ne s’est pas encore déroulé, donc il n’y a aucune raison d’angoisser à l’avance. L’objectif reste d’éviter l’anticipation d’un scénario négatif en restant tout simplement naturel. C’est une excellente façon de maîtriser votre angoisse et de ne pas réagir sur le coup de l’émotion au moment de votre entretien.

Prendre le temps de comprendre la critique

Ne voyez pas une critique comme un affront, alors laissez votre ego de côté. Plutôt que de répliquer spontanément et de réagir parfois avec violence, essayez d’analyser la critique qui vient de vous être faite. Même si la critique a tendance à vous remettre en question, voyez cela comme une excellente opportunité pour évoluer dans le bon sens. Essayez de comprendre pourquoi votre supérieur vous a formulé cette critique et quels sont ses besoins. Si vous êtes surpris par la remarque, n’hésitez pas à poser des questions complémentaires pour mieux cerner son message. Cela vous permettra d’y voir plus clair, mais votre supérieur le verra également comme une preuve d’ouverture, car vous vous intéressez à cette critique.

L’importance de verbaliser vos émotions

Lorsque vous êtes en entretien, vous avez tendance à être sur votre retenue et c’est une posture tout à fait naturelle, car vous avez envie de vous protéger. Lorsque la première critique arrive, vous encaissez et les tensions émotionnelles ne cessent d’augmenter. Si vous gardez l’intégralité de vos émotions en vous, vous ne pouvez pas être totalement transparent et honnête vis-à-vis de vos supérieurs. Voyez cela comme une jauge d’émotion qui se remplit progressivement et qui risque d’exploser à tout moment.

Pour éviter de déborder, il faut simplement verbaliser vos émotions. Cela n’est pas toujours facile à faire, notamment en fonction de vos origines culturelles. Concernant l’évacuation des émotions, cela ne signifie pas que vous devez directement dire vos émotions à votre supérieur, mais plutôt de vous concentrer sur des activités extérieures comme le théâtre, les arts plastiques, la méditation, la danse ou le sport. L’objectif premier repose sur l’évacuation des tensions émotionnelles.

N’ayez pas peur de répondre

Recevoir et accepter la critique est absolument essentiel. Mais lorsque vous estimez que celle-ci est injuste, vous avez parfaitement le droit de répondre. Cependant, si vous n’avez pas effectué de travail préparatoire, vous ne serez pas suffisamment en confiance. Acceptez simplement le fait que la critique n’est pas une parole d’évangile. Donc, si vous estimez que ce reproche n’est pas justifié, essayez d’avoir une perception objective et d’argumenter. Dans votre réponse, témoignez le fait que vous entendez cette critique, mais que vous ne la comprenez pas.

Prendre du recul

Le fait de prendre du recul est une excellente stratégie que vous devez adopter le plus rapidement possible. C’est une tactique que vous pouvez appliquer dans de nombreux domaines et bien évidemment au cours de votre entretien. De cette façon, vous adoptez une vision plus large et cela vous permettra de faire la distinction entre l’opinion et la critique. L’opinion accordée à la personne qui formule la critique n’est pas systématiquement la même opinion que vous portez sur vous-même.

Voyez le verre à moitié plein

Derrière l’image agressive de votre supérieur, vous pourriez découvrir une personne beaucoup plus sensible, pleine de bonnes intentions. Comme vu précédemment, la critique peut également être constructive, même lorsqu’elle soulève un aspect négatif de votre travail. En la recevant, vous devez en prendre conscience et vous devez avoir les capacités de vous améliorer. Si votre supérieur vous en fait part, c’est certainement qu’il vous accorde de la confiance en estimant que vous avez les capacités pour changer et vous améliorer.

Proudly powered by WordPress   Premium Style Theme by www.gopiplus.com