Offre d’emploi : Vos droits de candidats

Tout comme les salariés, en tant que candidat, vous bénéficiez de droits lorsque vous lisez ou postulez à une offre d’emploi. Les connaissez-vous ?

Vous lisez une offre contenant des mentions discriminatoires
Le code du travail protège les salariés sur les comportements discriminants et cela s’applique lors de l’exécution du contrat tout comme durant l’embauche.
Un employeur est libre d’engager ou non un candidat mais la décision ne doit pas reposer sur un critère discriminatoire (sexe, âge, situation familiale, religion, …). Malgré cela, il est encore courant de voir des annonces précisant la mention « recherche homme ».

Fait étonnant, employer des femmes est encore interdit dans certains secteurs comme celui des travaux souterrains dans les mines et carrières, jugés comme dangereux.
Autre exception, le motif de refus fondé sur une inégalité de traitement est autorisé dans les cas très spécifiques que sont les métiers d’acteurs et mannequins. Ici l’âge ou bien encore l’apparence peuvent être un motif de refus.

Si vous lisez ce type d’offre ou que vous pensez être évincé du processus de recrutement pour un motif extra-professionnel, plusieurs solutions s’offrent à vous. La loi sanctionne les comportement discriminants, vous pouvez donc porter plainte.
Vous pouvez également saisir le défenseur des droits ou le conseil des Prud’hommes qui pourront statuer sur une indemnisation pour le préjudice subi.

On vous propose un poste ou un contrat qui ne correspondent pas au contenu de l’offre d’emploi
Si vous êtes déjà en poste, avant toute action, prenez rendez-vous avec votre manager/employeur afin de faire le point entre la cohérence de l’annonce et le poste occupé. Le dialogue permet souvent de faire évoluer positivement les choses. Si vous n’avez pas de retour, faites un mail de façon formelle en sollicitant la cohérence entre l’annonce et le poste réel. Cela peut justifier d’une rupture de votre contrat de travail.

Toutefois attention, si l’offre d’emploi et l’emploi ne correspondent pas, mais que le contrat de travail signé et l’emploi correspondent, c’est le contrat qui prévaut. Soyez donc vigilant lors de la signature.

On vous propose un autre statut que celui de salarié
De nombreuses entreprises proposent le régime d’auto-entrepreneur plutôt que le salariat. Mais les garanties ne sont pas les mêmes. Ni les coûts : un auto-entrepreneur doit s’acquitter lui même de ses charges. Et en cas de rupture de contrat, ce statut n’ouvre pas de droits auprès de Pôle Emploi.

Si vous possédez ce type de statut et qu’en réalité il existe un lien de subordination entre la société et vous, vous pouvez solliciter le conseil des Prud’hommes. Vous pourrez ainsi obtenir une requalification de votre statut en celui de salarié.

Proudly powered by WordPress   Premium Style Theme by www.gopiplus.com