Nous irons travailler sur Mars, connectés à internet grâce à des implants cérébraux

L’entreprise CISCO (Leader Américain dans le domaine informatique et spécialisé dans les serveurs et réseaux) a publié en novembre dernier une étude au nom accrocheur pour évoquer comment les travailleurs de la génération X* et Y** appréhendent leur environnement de travail en lien avec les nouvelles technologies. Dans cette étude nous découvrons que les différentes générations constatent des changements profonds dans leur manière de travailler grâce aux différents outils numériques. Demain, sans prédire un monde trop  futuriste, ils attendent beaucoup du numérique au travail.

Des évolutions fondamentales du milieu de travail

Le rapport CISCO met en avant les avancées qui résultent des nouvelles technologies au quotidien dans notre environnement de travail. Plus encore, on constate la manière dont les appareils connectés façonnent toujours plus notre monde, nous permettant ainsi d’adopter de nouvelles organisations du travail et de nouvelles façons de gérer notre planning quotidien.

Une nouvelle génération apparaît au bureau, il s’agit des « Supertasker », c’est-à-dire les personnes multitâches. Grâce à nos Smartphones, ordinateurs, tablettes, nous sommes capables de faire plusieurs choses en même temps. Il s’agit d’une évolution naturelle du milieu du travail permis par le développement des technologies, l’amélioration du réseau internet et des outils toujours plus connectés. En mettant en place de nouvelles procédures intégrant les nouvelles technologies, il est possible d’aller plus vite dans la réalisation d’une tâche tout en restant efficace. Dans cette étude, des RH de grands groupes internationaux ont été interrogés : 50%  d’entre eux affirment qu’ils recrutent une partie de leurs collaborateurs uniquement en réalisant des entretiens vidéo.

Et Demain, serons-nous tous directement connectés à la matrice ?

Source : mb-expansion.fr

Un monde où on nous porterions des implants directement dans la boîte crânienne pour être en permanence connecté au réseau n’est pas pour tout de suite.  Néanmoins, il faut constater que nos appareils nous permettent d’être de plus en plus connectés et ainsi d’être plus productif. Plus de 4 personnes sur 10 de la génération X et Y se considèrent comme des « Supertasker ». Des personnes tout à fait capables  de mener à bien plusieurs actions simultanément. Ces personnes ont la conviction d’être plus productives et donc de participer activement à l’amélioration générale de la productivité de l’entreprise dans laquelle ils travaillent.

Il s’agit là d’un point qui reste à démontrer. Nous pouvons échanger plus vite, notamment avec les mails qui permettent de transférer des documents facilement au lieu de les envoyer par courrier. Pourtant, à chaque avantage, il y  a un inconvénient. Qui n’a jamais été submergé de mails à tel de passer des heures à trier les messages importants du reste. On peut se demander alors si nous avons vraiment gagner en productivité ? Les résultats de l’étude en question montrent en tout cas que d’ici 2020, les « Supertasker » seront des ressources très convoitées par les entreprises, au risque de laisser certains travailleurs sur le carreau bien que très compétents.

L’éternel conflit de générations

Les enfants du millénaire sont plus susceptibles d’être des travailleurs multitâches en 2020. A vrai dire, un grand nombre le sont déjà. Ils sont nés et ont grandi avec un univers numérique de plus en plus perfectionnés et accessibles à la différence de la génération X qui doit s’y mettre par la force des choses alors qu’il s’agit d’un environnement pas toujours naturel et évident pour lui. On note que 4 employés sur 10 pensent que la population Y est plus efficace et apte au « Supertasking » que la génération X. De plus, 7 RH sur 10 pensent que la génération Y peut-être plus productive si on les laisse utiliser leurs appareils mobiles et toutes les applications rattachées dans le cadre du travail.

La génération Y est peut-être plus adaptée à l’univers numérique mais les responsables des ressources humaines notent d’autres points de comparaison avec la génération X. Les digital natives ont une propension plus grande à être des employés moins faciles à gérer que leurs ainés.

La conception du travail au bureau est amenée à changer

La semaine de 35 heures est déjà un mythe. Plus de la moitié des professionnels interrogés se considèrent disponibles pour le travail 24 sur 7 notamment grâce aux mails et aux alertes sur son téléphone. Cela ne les dérange aucunement de répondre à un mail dans le week-end et d’être prévenu d’une situation d’urgence plutôt que de la découvrir en arrivant au bureau le matin. Nous devenons de plus en plus flexibles, tant sur nos horaires de travail mais également sur notre lieu de travail.

Toujours plus connectés, plus d’un quart des salariés interrogés disent que leur employeur les autorise à travailler ponctuellement depuis la maison. Une tendance qui devrait s’amplifier au cours des prochaines années. Du point de vue des ressources humaines, 56% d’entre eux indiquent que leur département a déjà mis en place des mesures pour adopter un style de travail plus mobile et plus flexible. En matière de flexibilité justement, les salariés ne sont pas prêts à voir leur salaire baissés en échange de plus de flexibilité.

Même s’ils sont pour plus de flexibilités, une grande majorité des employés ne pensent pas que les bureaux physiques disparaitront d’ici 2020. Dans le même temps, 40% d’entre eux pensent que la fonction des bureaux sera réduite ou plus petite.  Enfin concernant les outils du quotidien, 53% des employés sont convaincus qu’ils  utiliseront de moins en moins leur smartphone pour téléphoner mais pour réaliser des tâches importantes. L’ordinateur portable ne va pas mourir tout de suite. Avec l’arrivée des tablettes et autres outils mobiles, on avait prédit la mort de l’ordinateur portable. Pourtant, 40% des salariés interrogés imaginent toujours leur travail avec un ordinateur portable. Ce qui va changer, c’est l’outil en lui-même. Les ordinateurs portables intégrent les évolutions de secteur professionnel pour être toujours plus mobiles et connectés tout en restant puissant et performant.

En 2020, se rapprochera-t-on d’un monde de Science-fiction ?

Source : naturalsociety.com

Même si les technologies numériques et robotiques parviennent à repousser nos limites un peu plus chaque jour, 80% des employés que l’avènement des machines des machines ne sera pas pour 2020. Néanmoins, ils pensent majoritairement que les robots virtuels comme les algorithmes prévisionnels les aideront régulièrement dans leur activité professionnelle.

En ce qui concerne la question des implants connectés à internet, les personnes actives ne sont pas favorables à ce genre de procédés de peur d’être tracées en permanence. Accepter des implants remettrait en question un principe fondamental de notre société et de notre constitution : le droit à la vie privée. Une direction que nous sommes déjà peut-être en train de prendre.

*Génération sociologique qui comprend les personnes nées entre 1960 et 1980.
**Génération sociologique appelée également « les enfants du millénaire », « les digital natives », correspondent aux personnes nées entre les années 80 et le début des années 2000.

Proudly powered by WordPress   Premium Style Theme by www.gopiplus.com