Les écoles de codeurs privées sont de plus en plus nombreuses

Ils sont de plus en plus nombreux à créer leur propres écoles de formation pour codeur : après que l’école 42 de Xavier Niel ait fait parler d’elle, c’est le tour de Samsung, géant Coréen de l’électronique d’ouvrir un centre formation destiné aux jeunes qui, malheureusement, n’ont pas le bac.

Une initiative inspirée

Cette année, on peut compter pas moins de 50 jeunes dans les effectifs de l’école de codage Samsung. Ces derniers vont bientôt achever leur première année sur le « Samsung Campus ». L’initiative, assez discrète, ne cache pas sa volonté de s’adresser à des jeunes personnes exclues du système scolaire et se calque dans une certaine mesure sur l’école 42.

Le résultat d’une belle collaboration

Deux partenaires, la célèbre école Epitech et l’association Zup de Co, ont soutenu le processus de création du Samsung Campus et ne se cachent pas d’être allés chercher leur inspiration chez Xavier Niel, avec néanmoins quelques différences notables. Si le processus de recrutement se révèle plus souple que celui de l’école 42, la formation elle, est beaucoup plus intensive. Le modèle de sélection se base sur des analyses de dossier et des entretiens, avec trois conditions :

  • Se situer dans la tranche d’âge : 18-25 ans
  • Ne pas avoir de Bac
  • Afficher une importante motivation

Une faille dans l’emploi français

Le projet lancé par Samsung répond à un manque très important dans le paysage de l’emploi français : les développeurs. La France manque de codeurs, affiche un taux de chômage important et voit trop de jeunes avec des talents dans ce domaine sortir du système scolaire. De manière générale, sur le marché de l’emploi des développeurs, il existe un écart entre le nombre d’offres et le nombre de candidats, une tendance visible sur notre propre site carriere-info.

Un projet privé

Samsung n’en est pas à son coup d’essai : en effet, le géant de la technologie a déjà aidé à fonder 35 campus en Europe. On pourrait soupçonner le Coréen de simplement chercher à mettre en place une filière de recrutement pour ses propres effectifs, mais il s’en défend. Malgré la présence de « mentors » pour chaque élève, la marque reste absente des processus de formation eux-mêmes.

En parallèle, un site internet a été lancé dans l’objectif de familiariser les très jeunes à la programmation informatique : Campus Junior

Bref, il s’agit d’une bonne initiative de la part du numéro 1 mondial des technologies. En répondant à un besoin concret sur le marché de l’emploi français, Samsung en profite également pour renforcer son image de marque et contribue peut-être à orienter différemment les systèmes d’éducation de l’hexagone.

Proudly powered by WordPress   Premium Style Theme by www.gopiplus.com