Développeurs : les salaires de 2016

Jobprod vient de nous dévoiler les résultats de son étude annuelle portant sur les salaires des développeurs français.
Cette année, 1300 développeurs ont été interrogés sur leur rémunération, tout profils et expériences confondus.

Salaires IDF/Province

1-les-salaires-moyens-des-tech-en-province-vs-en-idf

Pas de surprises en terme de répartition des salaires. Les rémunérations parisiennes sont plus élevées que pour le reste du pays.
Plus les développeurs sont expérimentés, plus les différences s’accentuent. Par exemple, pour un technicien ayant moins de 2 ans d’expérience, un parisien gagnera 24.9% de plus que le même profil en Province. Et cette augmentation est d’autant plus marquée pour les profils ayant 3 à 5 ans d’expérience : +32.9% en faveur des salariés franciliens.

Les régions les plus sollicitées pour y travailler n’ont quasiment pas changé en un an :
– L’IDF est citée par 30.1%
– Rhône-Alpes : 13.1%
– Bretagne : 8.4%
– PACA : 7.3%
– Pays de la Loire : 6%

Salaires moyens par types de métiers

2-salaires-moyens-des-tech-par-type-de-metier

Afin d’avoir des panels plus représentatifs, Jobprod a décidé de regrouper certaines professions. La catégorie « Développeurs » regroupe les développeurs et DevOps; les « Experts » représentent les directeurs, les experts techniques ou encore les architectes; et « L’encadrement IT » concerne les consultants, chefs de projet technique, les scrummasters.

Jobprod a également posé la question de la satisfaction des salariés par rapport à leur job actuel en leur demandant d’attribuer une note sur 10.
Les experts ont donné la note de 6.9; les lead développeurs de 6.7; les développeurs de 6.6 et l’encadrement IT de 6.5.
La sous-évaluation des salaires peut expliquer en partie ces notes. La catégorie « développeurs » souhaiterai percevoir 8% de plus que ce qu’ils gagnent actuellement; les Lead développeurs 10.9%, l’encadrement IT 12.5% et des experts 12.8%.

Composition du salaire

Du côté de la composition des salaires, 57.5% des sondés déclarent percevoir uniquement un fixe tous les mois. C’est moins qu’en 2015 où ils étaient 68%. 23.3% annoncent avoir un fixe accompagné de primes; 14.70% avoir un fixe et une partie variable et 4.50% bénéficier des trois.

En complément du salaire, certains salariés ont accès à des avantages : 81.4% ont une mutuelle; 59.2% des tickets restaurants; 55.8% ont une prise en charge (totale ou partielle) de leurs frais de transport.

Salaires par type d’entreprise

Cette année, les éditeurs passent devant les SSII en terme de rémunération.
Par exemple, pour les profils de moins de 2 ans d’expérience, la rémunération est plus élevée de 5.5% chez un éditeur.

Pour les profils techniques, ce sont les sociétés liées à des sites web qui paient le mieux, notamment les profils ayant entre 3 et 5 années d’expériences. Au sein de ces entreprises, les salaires des jeunes diplômées avec moins de 5 ans d’expérience à connu une hausse de 30%.

Pour les profils de plus de 10 ans d’expérience, ce sont les DSI qui proposent le salaire le plus élevé : 46K€ par an (contre 42K€ en 2015) suivis de près par les éditeurs (45.7K€).

A la question « Quel est votre type de société idéale? », 40.1% ont répondu qu’il s’agissait des éditeurs de logiciels, 14.3% des DSI d’un autre secteur que l’IT et 11.9% ont cités le statut de freelance.

Proudly powered by WordPress   Premium Style Theme by www.gopiplus.com