Comment les outils IT ont changé la mobilité au travail ?

L’étude “Connected World Technology 2014” diffusée par Cisco en novembre 2014 revient sur les bouleversements de la numérisation dans le monde professionnel et notamment la vision du travail à distance. Si l’utilisation de tablettes donne de plus en plus envie aux dirigeants d’entreprise de se metttre au travail à distance, qu’en est-il des salariés ? Sont-ils prêts à travailler de chez eux ?

Le travail à distance : une possibilité pour moins de 25% des français

La possibilité de travailler à distance est plutôt très bien perçue par les collaborateurs d’une entreprise. Près de 2/3 des personnes interrogées dans le cadre de cette étude estiment qu’avoir des horaires plus libres grâce au travail à domicile est un avantage concurrentiel important. De plus, 40% des salariés de la génération X et Y dévoilent être disponible 24h/24 et 7 jours/7 pour leur employeur ce qui fait déjà tomber les principes selon lesquels un salarié doit être disponible uniquement de 9h à 17h pour son travail.

Toutefois, la proportion de travailleurs à domicile fait tout de même office d’exception. En France, moins de 25% des répondants indiquent que le travail à distance leur est permis. Une possibilité due dans certaines entreprise grâce aux évolutions technologiques qui permettent de se contacter et d’échanger des documents rapidement et simplement. Les résultats de ce rapport révèlent que pour 4 répondants sur 10 certaines tâches ne pourront pas être effectuée en dehors d’un bureau et que même s’il leur taille viendrait à diminuer ils seront toujours nécessaires. Enfin, entre une baisse de salaire et la possibilité de travailler à domicile le match est loin d’être serré : la majorité des salariés préfèrent garder le même salaire et continuer à travailler depuis un bureau d’entreprise.

Recruter à distance

Si à l’avenir les collaborateurs d’une même entreprise seront de plus en plus éloignés géographiquement les recrutements doivent également être pensés dans ce sens. 46% des Directeurs des Ressources Humaines ayant répondu à cette étude se disent prêts à passer des entretiens aux candidats uniquement par vidéo-conférence et que la rencontre réelle peut être ignorée si l’entretien se passe bien. Quatre DRH sur 10 estiment que la personnalité est le critère majeur qui doit primer dans l’embauche d’un candidat.

D’ailleurs, l’usage d’un outil de vidéoconférence élargit le panel des candidats : plus une offre d’emploi peut atteindre de zones géographiques différentes et plus des profils divers et variés peuvent être touchés. Des candidatures qui ne pourraient être traitées sans ces outils de communications technologiques.

Proudly powered by WordPress   Premium Style Theme by www.gopiplus.com