Comment le web change les métiers des ressources humaines ?

Le développement des réseaux sociaux, du cloud et des technologies mobiles changent le visage des entreprises mais surtout celui des directions des ressources humaines. Le web aide, par exemple, les cabinets spécialisés dans leurs recherches de candidats grâce aux réseaux. Le télétravail se développe également grâce aux nouvelles technologies. Si les responsables RH sont conscients de cette transformation numérique, ils se trouvent cependant au dépourvu quant à la mise en oeuvre des solutions.

La façon de travailler au quotidien est bouleversé par le télétravail, la transversalisation ou encore les nouvelles technologies, et le secteur des ressources humaines n’en ai pas moins épargné. Les directions RH doivent désormais repenser leurs métiers et leurs méthodes d’accompagnement des salariés et de recrutement. C’est ce que considèrent 9 directeurs RH sur 10 d’après une enquête du cabinet Solucom.

Anticiper le télétravail

Une grande majorité est consciente que la transformation numérique est essentielle à la bonne évolution de l’entreprise mais peu ont pu voir une mise en place réelle de leurs attentes et besoins.

Pour un tiers des responsables RH, la fonction qu’ils occupent est beaucoup trop administrative ne pouvant pas déployer toutes les ressources nécessaires. Un quart d’entre eux estime que le chantier prioritaire est dans le télétravail car ils jugent que le lieu de travail en temps que tel va être amené à disparaître. Une première problématique amené par le web à résoudre.

Moderniser le recrutement et faire face aux chasseurs de tête

Le recrutement est également l’un des points que les DRH doivent aborder. Les meilleurs candidats sont contactés par ceux que l’on appelle les chasseurs de tête directement sur les réseaux sociaux. Oasys Consultants, cabinet de conseils, a dévoilé fin 2014 les résultats de son étude sur les pratiques des chasseurs de tête. Il en ressort que les réseaux sociaux, et notamment LinkedIn, demeurent encore des incontournables pour ses recruteurs : 32% des cabinets les utilisent toujours et 22% de temps en temps.

Si les réseaux permettent, pour 66% des consultants, de trouver des profils qualitatifs et internationaux, ils les utilisent tout de même avec précautions et se fient peu aux recommandations jugées peu pertinentes. Pour s’informer au sujet d’un potentiel profil intéressant, ils sont 94% à contrôler eux-mêmes les précédentes références. Les expériences et la personnalité restent les critères importants pour retenir un candidat même via le web.

Proudly powered by WordPress   Premium Style Theme by www.gopiplus.com