Bien répondre aux questions pièges en entretien d’embauche

Au cours d’un entretien d’embauche, il peut arriver que le recruteur se montre un poil original en posant des questions sans aucun rapport a priori avec le poste convoité ou en tentant de déstabiliser le candidat. Mais pourquoi ce type de questions et surtout, comment bien y répondre ?

Des questions pour tester le candidat

Un entretien d’embauche se découpe généralement en deux parties : la présentation de l’entreprise et du poste, suivi d’une série de question posées au candidat. Ces questions ont pour objectif d’amener le candidat à parler de lui, de ses expériences, de ses ambitions.

Même si elles sont souvent faciles à comprendre, la réponse à ces questions n’est pas toujours évidente. “Parlez vous de nous”, “Où vous voyez vous dans 5 ans ?”, “Quels sont vos points faibles et points forts ?”, “Pourquoi devrais-je vous engager ?”… Un lot de questions déroutantes qui permettent au recruteur d’évaluer le caractère, les qualités, les défauts ou encore l’ambition du candidat rencontré.

Ce n’est pas parce que vous êtes en entretien d’embauche que le recruteur peut se permettre de vous poser toutes sortes de questions. Les questions d’ordre personnelle (Êtes-vous marié ?Pensez-vous avoir des enfants prochainement ? Êtes-vous croyant ? Pour qui votez-vous ?…) peuvent vous être posées mais sachez que vous n’êtes pas obligé d’y répondre. Dans ce cas, montrez vous ferme mais toujours agréable en demandant par exemple la pertinence de cette interrogation par rapport au poste visé.

4 conseils pour toujours avoir la bonne réponse

  • Soyez honnête dans vos réponses quand il le faut. L’honnêté est ce qui fonctionne le mieux en entretien car vous montrez votre vrai visage. Cependant, toute les vérités ne sont pas bonnes à dire : si vous avez quitté votre dernier boulot à cause de la pression et d’un patron exécrable, dites plutôt que vous souhaitez saisir de nouvelles opportunités.
  • Parlez toujours de votre projet professionnel. N’abordez les sujets plus personnels comme les voyages, le sport, les loisirs… que quand le courant passe bien avec le recruteur et qu’il vous lance sur le sujet.
  • Ne centrez pas la conversation autour de vous. Une entreprise a autant besoin de vous que vous avez besoin d’eux. Et si on vous demande de parler de vous, soyez bref et précis.
  • Justifiez vos périodes sans emploi en mettant en avant vos projets, vos expériences, vos formations effectués pendant ce temps.

Les questions pièges : la spécialité des grandes entreprises de l’IT

Si souvent les questions sont relativement simples et liées au poste ou à l’expérience du candidat, il peut arriver que des questions plus originales soient posées. Les géants de l’IT tels que Google, Dell, Xerox… par exemple, sont fans de ce type de questions. Le site glassdoor.com recense les meilleures questions pièges et des suggestions de réponses :

  • Pourquoi les balles de tennis ont-elles du duvet ? Une réponse possible est qu’il ralentit la balle, l’empêche de rebondir trop haut et de mieux accrocher à la raquette
  • Combien y a-t-il de vaches au Canada ? Une des réponses peut consister à démontrer un raisonnement en définissant le nombre de fermes canadiennes, le maximum de vaches atteint par exploitation
  • Quelle chanson décrit le mieux votre éthique professionnelle ? Et pourquoi pas “Harder, Better, Faster, Stronger” des Daft Punk

Que les questions posées soit des pièges ou de vraies interrogations de la part du recruteur, dites-vous bien que le principal en entretien est de rester soi-même, d’être honnête et, en cas de questions de prime abord tordue, de prouver que vous avez un raisonnement pertinent.

Proudly powered by WordPress   Premium Style Theme by www.gopiplus.com